ASSOCIATION ETCAETERA
ASSOCIATION ETCAETERA

Edition spécial IL ETAIT UNE VOIX

 

Oubliez l’espace d’une journée, voir d’un week-end, tous vos soucis du quotidien pour vivre un véritable conte de fées.

 

Mais c’est quoi au juste « Il Était Une Voix » ?

 

On vous a rabâché les oreilles encore et encore avec cet évènement phare que tout choriste aimerait vivre au moins une fois dans sa vie. Alors, quels sont les ingrédients qui font d’« Il Était Une Voix » l’évènement à ne pas rater ?

Bon allez, ne vous faisons pas languir plus longtemps. Tout commence au mois de février. L’évènement « Il Était Une Voix » vient de s’achever mais il n’y a pas de repos pour Etcaetera qui doit déjà s’atteler à préparer la prochaine édition qui se tiendra le dernier week-end de janvier ou le premier week-end de février dans cette contrée de Mantes-la-Ville.

 

Avant tout, débutons par la recherche de chorales. Heu, qu’est-ce que je raconte ? La recherche, ça c’était avant. Maintenant, les chorales se bousculent aux portes pour participer et les places sont devenues chères, très chères. Seulement 7 chorales adultes et 7 chorales enfants auront le privilège de monter sur la scène de la salle Jacques Brel. Les autres seront mises sur liste d’attente pour l’année suivante.

 

Après, à quoi doivent penser les 12 membres du CA et le bureau directeur ? Il faut, bien entendu, réserver la salle auprès de la Mairie (ainsi que les techniciens son et lumière) mais aussi se rapprocher de coachs professionnels qui viendront de Paris, de Troyes, d’Angers, d’Avignon… dans l’unique but d’écouter nos jeunes talents et de leur donner des conseils pour leur permettre d’améliorer leur prestation. N’oublions pas non plus, le choix du chant commun, la commande des repas pour le midi et / ou pour le soir, la réservation de la cantine pour le samedi soir, la commande d’un gâteau pour l’after, l’élaboration des affiches et des programmes (tiens, mais quelle bonne idée on a eu de créer un groupe visuel. Ça va nous permettre de déléguer certaines de nos missions), la tenue de la page Facebook et du site internet, le rapprochement des médias (dis donc, ça en fait des outils pour notre propagande), la recherche des sponsors (ouf, cette fois-ci, on fait appel aux choristes mais espérons qu’ils joueront le jeu car chaque don, qu’il soit numéraire ou en nature est vraiment bon à prendre), la réalisation des badges pour les chorales, la création des carnets de vote (et oui, bien que pour les kids, cette idée de vote a été abandonnée, dans la version adulte du samedi, le public continue toujours de voter pour leur chorale coup de cœur), l’affichage des feux et des commerces, le repérage des lieux pour nos caméramans, l’approvisionnement en boissons et barres chocolatées pour le bar… Quoi, tout ça en un an ? Rien que d’y penser, ça me donne la migraine.

 

Bon allez, on continue. Il faut aussi relancer les coachs pour qu’ils nous donnent leur biographie, s’assurer que chaque chorale nous ait bien transmis la liste des chants qu’ils interprèteront, le nombre de choristes susceptibles de venir, le nom et prénom de leurs musiciens et du ou de la chef (fe) de chœur ainsi qu’un texte de présentation, la réservation d’agents de sécurité, la réalisation des billets en version papier et en version dématérialisée sur le site Hello Asso et la répartition des tâches qui seront tenues le jour J par nos choristes. Ouf, je respire un peu. Tiens, mais cette année, on reçoit des choristes d’Angers. Oh non, comment va-t-on faire pour les héberger ? Vite, faisons appel aux etcaeteriens.

 

Enfin, nous voilà arriver à la veille de l’évènement « Il Était Une Voix ».

 

Vendredi : Quelques etcaeteriens ont pris leur journée pour aider Salvatore à aller chercher les praticables au centre des arts et loisirs de Buchelay et les transporter à la Salle Jacques Brel. Pendant ce temps les techniciens procèdent au branchement des micros, des projecteurs, l’installation des rideaux… Durant la journée, des petites mains arriveront au compte-gouttes pour installer le bar, le stand com, décorer la salle et le hall, monter les praticables… Les caméramans viendront un peu plus tard pour installer les caméras et le vidéoprojecteur.

 

20h00 : Les choristes etcaeteriens arrivent pour une dernière répétition dont l’optique est surtout de prendre possession de la scène et de procéder aux des réglages sons et lumière, le tout sur praticable. La répétition ne durera pas longtemps car le week-end s’annonce chargé et certains choristes ont encore des gâteaux à faire.

 

Samedi : 9h30 : Rendez-vous à la salle Jacques Brel et commençons la journée par un café.

10h00 : Passage devant les coachs afin de leur interpréter 3 titres de notre répertoire puis débriefing. Ici, tout le monde est logé à la même enseigne. Que l’on soit choriste, pianiste ou chef de chœur, personne ne sera épargné.

 

Tiens, mais voilà les premières chorales qui arrivent ? Branle bat de combat, tout le monde à son poste. Allez, quelques etcaeteriens pour gérer le stand com, d’autres pour être référent chorale (2 ou 3 en fonction de leur nombre), d’autres pour s’assurer que les coachs ne manquent de rien, une personne pour gérer l’ouverture et la fermeture des rideaux, une à deux personnes pour aller chercher les sandwichs, et… et… besoin d’aide quelque part ? Pas de panique, il n’y a qu’à demander et ici, ce n’est pas les volontaires qui manquent. Bon, pour les etcaeteriens qui n’ont rien à faire, permission accordée d’aller voir les autres chorales sur scène mais attention, il faut penser à sortir de la salle au moment du débriefing. Ainsi file la journée et tout se fait avec une fluidité étonnante.

 

Vers 12h30, c’est une pause déjeuner pour nos coachs avec reprise à 14h00.

 

16h00 - 16h30 : Un gouter est offert aux choristes, composé de divers gâteaux, tartes, crêpes… que les etcaeteriens auront pris soins de préparer. Et ça arrive de tous côtés, et ça s’étale à n’en plus finir. On peut dire qu’ils ont vraiment mis la main à la pâte ces etcaeteriens.

 

17h30 : On répète le chant commun. 400 choristes sur scène, vous vous imaginer !!!

 

18h00 : Quelques référents accompagnent leurs chorales jusqu’au lieu de restauration pendant qu’une dernière chorale (celle qui passera en 2ème partie de soirée) reste en salle pour faire les réglages son et lumière. Mais allez, il faut s’activer, l’ouverture des portes au public se fait à 19h00. Débarrassons les tables des coachs, remettons les chaises en places, mangeons un morceau en toute hâte et prenons place à nos postes.

 

19h00 : Les portes s’ouvrent, quelques choristes contrôlent les billets, d’autres distribuent les carnets de vote (attention, pas plus d’un par famille), ou essayent de vendre des programmes en scandant à qui voudra les entendre des « Demander le programme » et d’autres encore se chargent du placement en salle. Ah, et n’oublions pas les agents de sécurités qui sont censés passer chaque sac au peigne fin.

 

20h00 : Les rideaux s’ouvrent sur nos présentatrices et c’est le début d’une soirée qui s’annonce riche en émotions.

 

1ère partie : Les chorales défilent sur scène en interprétant chacune 3 morceaux de leur répertoire, chorégraphies à l’appui (tentant de mettre en application les conseils des coachs) pour un spectacle qui aura tôt fait de ravir les yeux et les oreilles du public.

Puis, vient l’heure de l’entracte (déjà !!!). Le public est invité à déposer dans des urnes fait maison, le papier de couleur correspondant à leur chorale coup de cœur. Il peut aussi s’acheter quelque chose à grignoter, de quoi se désaltérer ou un éventail au stand com. Afin de faire face au flux de clients potentiels qui voudront consommer boissons, barres chocolatées ou brochettes de bonbons, un barnum ambulant sera installé dans le hall, en plus du bar habituel.

2ème partie : Etcaetera ouvre le bal sous les acclamations du public et des « merci » à vous retourner le cœur, lancés par les choristes invités.

 

Après notre passage, c’est au tour de la chorale gagnante d’« Il Était Une Voix » deux ans plus tôt de venir faire son show pour 30 minutes inoubliables. Pendant ce temps, quelques membres du CA s’activent à dépouiller les votes. Enfin, il est temps d’annoncer le nom des nouveaux gagnants de cette année puis, la soirée se termine sous un chant commun lancé à plus de 400 voix.

 

23h00 : Le concert est fini. Les etcaeteriens se hâtent vers la sortie pour former une haie d’honneur au public, haie qui durera jusqu’à ce que le dernier spectateur ait quitté la salle. Ça y est, nous voilà revenu entre nous et, afin de rendre cet instant encore plus mémorable, les choristes sont invités à partager un verre de l’amitié et une part de gâteau qui viendront clore cette journée.

 

Dimanche : La nuit a été courte. Couché vers 1h30 - 2h00 du matin et déjà au taquet, dès 9h00, à la salle Jacques Brel pour entamer une nouvelle journée. Et voilà, on revit un deuxième samedi. Tout commence par un café, quelques « bonjours », des « bien dormi » lancés par-ci par-là, un deuxième café, quelques bises aux personnes que l’on croise, un troisième…. Ah non, ça suffit avec le café. Je veux bien qu’on en prenne un ou deux pour avoir sa dose de caféine et pouvoir tenir jusqu’au soir mais un moment donné, il faudrait quand même songer à se mettre au travail. Bon allez, tout le monde à son poste. Des etcaeteriens au stand com, d’autres endossant la casquette de référent chorale, d’autres s’occupant du rideau ou d’aller chouchouter nos coachs en s’assurant qu’ils ne manquent de rien. Sur cette journée, ce seront les Ti Crayons qui passeront en premier devant les coachs, suivi de l’habituel débriefing. Puis, chacune des chorales invitées passera à son tour devant les coachs. Il faut que tout s’enchaine. Il n’y a pas de pause pour les braves. Vous vous rendez compte qu’il faut faire passer le même nombre de chorales que la veille dans un délai beaucoup plus court (le concert est prévu à 15h00) ?

 

A l’heure du déjeuner, chaque choriste mange ce qu’il a apporté.

 

Vers 13h00 - 13h30, c’est la répétition du chant commun puis, à 14h00, l’ouverture des portes au public. Les etcaeteriens s’activent entre le contrôle des billets, la ventes des programmes et le placement en salle, sans oublier, les agents de sécurité qui doivent vérifier les sacs.

 

15h00 : Le rideau s’ouvre sur nos présentatrices et c’est parti pour un nouveau concert qui va émerveiller nos spectateurs. Bon, c’est vrai qu’entre les chorales il y a quand même une différence de niveau du, principalement, au milieu dans lequel elles étudient le chant. Certaines, comme les Ti Crayons sont des chorales associatives qui ont 1h00 - 1h30 - 2h00 de répétitions par semaine en dehors de l’école et dont les membres resteront à peu près les mêmes d’années en années alors que d’autres, proviennent d’écoles. Pour elles, le chant se fait sur les heures de cours et l’intégralité de leurs membres se voit renouveler à chaque début d’année scolaire. Mais, à part ça, il n’y a pas à dire. Qu’est-ce qu’ils sont mignons quand ils chantent et qu’est-ce qu’ils peuvent être à l’aise sur les chorégraphies. C’est dommage que les spectateurs ne le voient pas car, à l’inverse du samedi, pour le « Il Était Une Voix Kids », le public est composé principalement des parents, frères, sœurs, oncles, tantes, grands-parents, qui n’ont d’yeux que pour leur gamin. Ainsi s’enchaine les 7 chorales enfants qui, débarrassés du stress de la compétition, prennent plaisir à chanter et s’amusent sur scène.

Puis, vient l’heure de l’entracte (bon, je ne vais pas remettre le « déjà !!! » sinon vous allez me dire que je me répète). Comme la veille, un barnum ambulant sera installé dans le hall et le public pourra aller s’acheter quelque chose à grignoter, de quoi se désaltérer ou un éventail au stand com.

 

2ème partie : C’est au tour des Ti Crayons d’entrer en scène. En tant que petit-frère d’Etcaetera (chorale organisatrice de l’évènement), son nombre de chansons n’est pas limité. Puis, il est temps de faire place au chant commun à 200 choristes sur scène.

17H00 : Le concert est fini et les enfants sont invités à aller prendre un goûter composé de gâteaux et de boissons achetés.

 

18h00 : Il est temps de ranger. Certains etcaeteriens, absents durant la journée, ne viennent que pour ça, aider au rangement. Il y a du travail mais plus on est, plus ça ira vite. Il faut, en effet, démonter les praticables, les projecteurs, les micros, les rideaux d’arrière-scène, le vidéoprojecteur, ranger les chaises du public, ranger le stand com, enlever toutes les décorations du hall et de la salle, ranger le bar, mettre les poubelles à la benne, passer un coup de balai, vérifier qu’il n’y ait plus rien dans les loges et ramener les instruments de musique, les enceintes et tout le reste de notre matériel au Geci (notre lieu de répétition).

 

Bref, « Il Était Une Voix », c’est un week-end inoubliable, un week-end où l’on vit en dehors du monde, en dehors du temps, un week-end où l’on peut passer du rire aux larmes en l’espace de quelques secondes, UN EVENEMENT A NE PAS RATER.